Les Vins

Les vins sont intégralement produits et embouteillés dans la zone originelle de production de la Tenute Dettori – Società Agricola Semplice, Sennori (SS), Sardaigne. Italie.

Vini 1

Dès leur arrivée au chai, toutes les grappes font l’objet d’une sélection manuelle sur une table en acier construite expressément à cet effet. Le raisin est ensuite égrappé mais non foulé ni pigé et est ensuite laissé à macérer sans ajour de soufre dans de grandes cuves de ciment ouvertes au sommet. La durée de la macération dépend des caractéristiques du moût et varie de deux à vingt jours. Des macérations plus longues n’appartiennent pas aux pratiques d’élevage dans notre région.
Toutes les étapes de vinification sont manuelles afin de préserver au maximum les peaux.
Le moût poursuit ensuite son chemin dans de plus petites cuves fermées, toujours en ciment, et cela jusqu’à la mise en bouteilles, d’habitude après deux à trois ans.

A la Cave, à l’exception du soufre et à doses minimales, il n’est utilisé aucun produit chimique de synthèse. De la même manière, ne sont pas utilisés des levures sélectionnées, des enzymes ou tout autre adjuvant de vinification et mûrissement du vin.
Les différentes cuvées ne sont ni filtrées, ni clarifiées, ni mise en barriques en fin d’élevage, non barricadé.
Après le transport, il est souhaitable de laisser le vin se reposer, tout comme, lors du service, une aération est nécessaire en carafe et dans le verre pour éliminer les traces de réduction et de CO2 présentes vu le peu d’utilisation du soufre.
Nos vins restent des produits naturels et chaque bouteille peut se comporter de manière différente.
Nous n’employons pas de cépages internationaux pour domestiquer nos vins.

Vini 2

Ingrédients : Raisin, et parfois du soufre.

Nous sommes de petits artisans du Vin et de la Terre. Vous nous pardonnerez de ne pas suivre les règles du marché en produisant ce qui nous plait à nous, en produisant les vins liés intimement à notre culture. Nous resterons toujours ce que nous sommes et jamais, nous ne deviendrons ce que vous ou d’autres souhaiteraient que nous devenions. Tout cela simplement parce que nous restons de petits artisans du vin qui ne produisent pas plus de 45.000 bouteilles quand la nature est généreuse.

Les Vins

Comme déjà maintes fois explicité, les vins du domaine respectent unilatéralement l’hérédité historique qui a précédé depuis des générations où chaque cru est lié à un cépage unique et à un âge de vignes déterminé. Parmi ces crus, il y a le Dettori bianco pour le Vermentino, le Tuderi, le Tenores et le Dettori rosso pour le Cannonau, le Chimbanta pour la Monica ; l’Ottomarzo pour le Pascale et le Moscadeddu pour le Moscato. Tous nos vins sont donc produits en monocépage, 100% Cannonau, 100% Monica, 100% Pascale, 100% Vermentino, et 100% Moscato.
Seuls font exception le Renosu bianco qui peut, dans certains millésimes, voir le Vermentino assemblé avec du Moscato Bianco et le Renosu rosso qui peut voir le Cannonau assemblé avec de faibles pourcentages de Pascale et Monica.
La production totale varie de 20.000 à 45.000 bouteilles.

Pour le millésime 2008, nous n’avons produit que 2.000 bouteilles à cause de la peronospora. Et même ainsi, en voyant tout notre raisin disparaître, nous sommes restés fidèles à nos traditions : ne pas utiliser de pesticides. Nous préférions perdre notre récolte que d’empoisonner notre terre.
Pour les millésimes 2006 et 2007 nous avons créé la cuvée Chimbanta & Battoro avec une partie du vignoble de la Monica, que nous avons laissé passeriller naturellement sur les ceps pour faire un vin de paille, comme on le rencontrait très souvent dans le passé.
Tous les raisins et les vins qui ne passent pas notre sélection sévère sont utilisés pour produire la cuvée Renosu. Le millésime 2006 du Renosu fut ainsi produit entièrement avec les Dettori 2006 qui ne correspondaient pas à la hauteur de notre cuvée prestige.

Toute cette absence de compromis, nous la voulons afin que nos vins représentent l’essence de notre Terroir, le terroir réel, le vrai. Nous créons des Vins de Tradition et de Terroir, des Vins libres, libres de s’exprimer eux-mêmes, libres d’exprimer pleinement leur terroir parce qu’ils sont tout simplement issus d’un raisin fermenté. Ils ne sont pas des vins esclaves d’une logique commerciale et du marketing. Ils ne sont pas des vins étudiés et confectionnés à dessein pour un marché important.

Vini 3

Pourquoi ne déclarons-nous pas nos vins en DOC?

Toutes les définitions officielles du terme Terroir affirment globalement le même concept : “Le Terroir est une aire géographique délimitée d’où proviennent des produits de la Terre qui sont unique, originaux et inimitables, cela grâce à l’interaction de facteurs géologiques, climatiques, culturels et humains”.

Le Terroir est donc une aire géographique délimitée. Et c’est une des raisons pour lesquelles nous réfutons la DOC généraliste italienne. Par exemple, que veut donc dire Cannonau de Sardaigne Doc ? La Sardaigne est considérée des géologues et des biologistes comme un véritable « Continent », et, le Cannonau issu de trois différents terroirs du domaine est forcément différent qu’il provienne de l’un ou l’autre.
Si déjà, c’est tellement différent d’un terroir à l’autre dans un même domaine, il n’est pas compliqué d’imaginer les différences sensibles que peuvent présenter des Cannonau produits dans des zones distantes entre elles de centaines de kilomètres.
La DOC est certainement née avec un esprit très noble mais, les années passant, les choses ont changés : les vins sont vendus uniquement parce qu’ils affichaient une DOC et non plus pour l’estime et la confiance qu’on avait pour le Producteur et plus encore pour la qualité intrinsèque de ses vins.

C’est pour cette raison que nous avons décidé une fois pour toutes de ne pas revendiquer la DOC sur nos étiquettes mais bien de lui préférer une appellation bien délimitée, soit l’IGT Romangia, cette appellation na faisant appel qu’aux vins qui sont produits sur les communes de Sennori et de Sorso.

Quand la définition du Terroir affirme «produits de la Terre uniques, originaux et inimitables », ceci signifie qu’un vin de Terroir devrait être reconnaissable. Et hélas, de plus en plus, je bois des vins dont je réussis péniblement ou pas du tout à en comprendre l’origine. Serait-il du nord Italie ? Du Sud? Serait-il Australien ?
Le raisin est toujours différent en son terroir mais pas les intrants qui sont utilisés presque unilatéralement pour la production de raisin et de vin : les engrais au vignoble, enzymes, les levures sélectionnées, les tannins ajoutés, et tous les autres produits de manipulation sont les mêmes, partout dans le monde.

Le Cannonau

Bien que cousin proche en lignée de la Garnacha espagnole, du Grenache français et du Tokay rouge du Veneto, le Cannonau est une variété autochtone de la Sardaigne.
Il partage avec ses « cousins » environ 82% du patrimoine génétique (source Università di Sassari Nieddu, ET AL. C.S), ce qui finalement marque des différences importantes si on considère que l’homo sapiens sapiens partage 98,5% du sien avec le chimpanzé (et encore dans certains cas, je me demande si on n’approche pas de 100%).
En fait, il semble bien que cette lignée de cépage est apparue en Sardaigne avant le reste de l’Europe, comme en atteste certains écrits retrouvés à Cagliari et datant de 1549.
Le Cannonau n’a, par contre, strictement rien à voir avec le « Canocazo » qui est un cépage blanc andalou.
Sa grappe est de dimensions moyennes (+-250 grammes), conique, compacte, parfois. La peau est épaisse et pruineuse de couleur noire avec des reflets violacés.
Le vin qui en est issu est de couleur rouge rubis assez intense dans sa jeunesse, il tend à l’orange au vieillissement. Ses arômes sont riches en fruits rouges avec des notes florales et épicées complémentaires et la bouche est généralement sapide mais bien structurée sur les tanins.
On retrouve en bouche les fruits rouges avec des épices plus présents qu’au nez.
A l’instar du Nebbiolo, ces tanins, en fonction du producteur, pourront être plus ou moins intégrés.
A maturité, le Cannonau est très riche en alcool potentiel, au point que la législation lui autorise de monter jusqu’à 20°.
Cépage littéralement formaté pour la table, il se prête, sur les meilleurs terroirs, à plus de quinze années de vieillissement.

Vini 4

Le Vermentino

Le Vermentino est le grand cépage blanc historique et qualitatif du bassin méditerranéen. Alors que ce cépage fut longtemps associé à une origine ligurienne qui aurait ensuite transité par la Corse pour arriver en Sardaigne, il semble bien qu’il soit au contraire originaire d’Orient et qu’une de ses premières voies de diffusion en Europe soit justement la Sardaigne vers 2500 avant JC.
Sa grappe présente des dimensions moyennes à grandes (400 grammes) avec une forme cylindrique à conique avec une à deux ailes bien visibles. La peau est épaisse, moyennement pruineuse et d couleur vert-jaune.
Ses arômes souvent puissants libèrent des parfums d’aubépine, d’amande voire de pomme. Il donne des vins frais délicats et légèrement aromatiques de belle couleur pâle, et chez les meilleurs producteurs, bien équilibrés et gras.
On lui reproche assez souvent un manque d’acidité mais il produit indéniablement des blancs de grande garde.

Vermentino_2014

Le Muscat Blanc

D’origine orientale comme le Vermentino, le Moscato Bianco (Muscat Blanc) est un des cépages les plus anciennement cultivés en Sardaigne particulièrement pendant l’hégémonie romaine où il est cité comme « Apiana », raisin préféré des abeilles.
Après la chute de l’Empire Romain, il subit une forte diminution de sa culture, mais se répand à nouveau dans toute la Sardaigne sous l’influence de l’occupant piémontais au 18e siècle.
Il sera ensuite un des cépages à prendre le plus durement les attaques de phylloxera ce qui diminua son importance dans l’île. Sa culture, le plus souvent traditionnelle connaît un renouveau depuis les années 80.
La grappe présente une forme cylindrique de moyenne à grande taille (350 grammes) parfois mais pas toujours ailée. Sa peau est assez fine pour un raisin méditerranéen, peu pruineuse et de couleur jaune ambré.
En Italie et en Sardaigne, ses vins sont presque toujours des vins de desserts très aromatiques avec de fortes notes florales. Son jus est naturellement légèrement sucré et perlant, avec une faible teneur en alcool.
Il se prête idéalement à la production de vins doux intenses issus de la technique du passerillage (Passito, en italien) où les raisins sont laissés se déshydrater naturellement sur la vigne avant de compléter cette concentration par un séchage en plein air, par exemple, sur de la paille.

La Monica

La Monica est un cépage autochtone de Sardaigne dont l’introduction y date du 11e siècle par des moines.
S’il est bien présent sur tout le territoire insulaire, c’est avec une certaine discrétion, sa surface de plantation n’excédant pas 300 hectares.
Assez productif, il raffole des sols calcaires en zones montagneuses à moyenne pente et supporte particulièrement bien une exposition solaire implacable.
Ses grappes sont grandes (poches de 500 grammes), allongées comptant jusqu’à 3 ailes. La peau est épaisse, moyennement pruineuse, de couleur noire très soutenue.
Dans le vin qui en découle, on retrouve des arômes de mûres et de cerises fraiches, quelquefois assortis de fruits rouges plus confitures, d’épices assez délicats et de notes d’amande douce. En bouche, il se présente assez chaud, agréablement souple, avec des tanins peu agressifs
.

Le Pascale

Le Pascale est lui aussi un authentique cépage sarde autochtone. Il est le plus souvent appelé “Pascale de Cagliari » même si on le trouve surtout dans la région de Sassari, où il atteint jusqu’à 20% de présence alors qu’il est extrêmement discret dans le sud de l’île. Il est à la fois un bon raisin pour le vin et un excellent raisin de table.
Son origine est incertaine mais il semble bien qu’il provienne de Toscane, région avec laquelle la province de Sassari avait des échanges économiques intenses. Bien qu’au Domaine Dettori, il soit vinifié seul, sa vocation est d’être souvent associée au Cannonau ou au Bovale. Dans ce cas il est utilisé en faible proportion pour adoucir ces cépages en leur apportant un gain aromatique.
Vinifié seul, il donne des vins assez délicats, faibles en alcool, fortement axés sur le fruit rouge, même si sa charge tannique est au moins aussi importante que celle du Cannonau.
Ampélographiquement, sa grappe est de forme conique, avec une ou deux ailes. Elle est assez imposante avec plus de 400 grammes en moyenne. La peau est épaisse, moyennement pruineuse, de couleur noire violacée avec une pulpe incolore, consistante et de goût neutre.

 

_____________________

Vignerons Naturelles En Sardaigne